Événement

Attribution du prix de thèse en droit public 2021

Le prix de thèse du Conseil d’État en droit public 2021 est attribué à M. Pierre-Olivier Rigaudeau pour sa thèse Le rescrit, soutenue à l’université Panthéon-Assas le 18 Septembre 2020.

A l’issue d’un master II en droit public approfondi à l’université Panthéon-Assas et d’un master II en contentieux public à l’université Panthéon-Sorbonne, Pierre-Olivier Rigaudeau obtient un doctorat en droit public à l’université Panthéon-Assas. Chargé d’enseignement à l’Université Paris Dauphine-PSL et collaborateur au cabinet Spinosi, avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation.

La thèse de Pierre-Olivier Rigaudeau en 180 secondes

Lire la transcription

Une mention spéciale du prix de thèse en droit public a été décernée à Pierre-Yves Sagnier pour sa thèse Le juge administratif et l’économie des moyens soutenue à l’université de Lille le 16 novembre 2019. Titulaire d’un Master II de droit public général et d’un doctorat en droit public de l’université de Lille, Pierre-Yves Sagnier est maître de conférences à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

La thèse de Pierre-Yves Sagnier en 120 secondes

Lire la transcription

 

Le VP et les lauréats

Le vice-président accompagné de Pierre-Olivier Rigaudeau (à gauche) et de Pierre-Yves Sagnier

 

Le prix de thèse en droit public est organisé tous les deux ans en alternance avec le prix du Comité d'histoire du Conseil d'État. Sont éligibles les thèses entrant dans l’un des champs disciplinaires intéressant les activités du Conseil d’État et traitant notamment de la justice administrative, des institutions administratives, du droit administratif ou du droit fiscal français, étrangers ou comparés, ou portant sur des problématiques transversales susceptibles d’entrer dans le champ des activités de la juridiction administrative.

Le jury, présidé par le vice-président du Conseil d'État, est composé du président de la section du contentieux et du président de la section du rapport et des études (membres de droits), ainsi que d'universitaires, de membres du Conseil d'État et de magistrats issus des cours administratives d'appel et des tribunaux administratifs.